N°Vert 0 800 100 301 APPEL GRATUIT DEPUIS UN POSTE FIXE


Partenaire Seniors s'entoure des meilleurs partenaires institutionnels et médicaux afin de vous offrir un accompagnement complet.


Les Conseils Généraux


Bien vieillir avec le Conseil Général :

Le Conseil général est le premier acteur institutionnel compétent en matière d'aide aux personnes âgées.

Ces missions sont les suivantes :

  • Accueil, information et accompagnement des personnes âgées,
  • Coordination de toutes les actions destinées aux personnes âgées,
  • Mise en place de partenariats pour développer des services de maintien à domicile,
  • Financement et mise en oeuvre de l'APA (Allocation Personnalisée d'Autonomie),
  • Organisation de l'hébergement en établissement (établissement médicalisé, logement-foyer, petites unités de vie, familles d'accueil, etc.),
  • Prise en charge des dépenses d'hébergement pour les personnes à faibles ressources au titre de l'aide sociale,
  • Développement d'une offre innovante : accueil de jour, hébergement temporaire, familles d'accueil,
  • Accompagnement des situations complexes auprès des malades Alzheimer et leur famille dans le cadre du dispositif MAIA.









Les personnes âgées dépendantes :

Les droits et les libertés sont régis par « La charte des droits et libertés de la personne âgée dépendante »

La vieillesse est une étape de l'existence pendant laquelle chacun poursuit son accomplissement.

Les personnes âgées, pour la plupart, restent autonomes et lucides jusqu'au terme de leur vie. Au cours de la vieillesse, les incapacités surviennent à une période de plus en plus tardive. Elles sont liées à des maladies ou des accidents, qui altèrent les fonctions physiques et/ou mentales.

Même en situation de handicap ou de dépendance, les personnes âgées doivent pouvoir continuer à exercer leurs libertés et leurs droits et assumer leurs devoirs de citoyens.

Leur place dans la cité, au contact des autres générations et dans le respect des différences, doit être reconnue et préservée.

Cette Charte a pour objectif d'affirmer la dignité de la personne âgée en situation de handicap ou devenue dépendante et de rappeler ses libertés et ses droits ainsi que les obligations de la société à l'égard des plus vulnérables.





Les mairies


Les mairies s'engagent à travailler quotidiennement pour améliorer le quotidien des personnes âgées et à faire cohabiter les générations.

Ainsi à Courbevoie « Le label bien vieillir, vivre ensemble »

La Ville de Courbevoie a reçu le label « Bien vieillir, vivre ensemble » en février 2010.

La Ville s'est engagée, sur 5 ans, à mettre en place un plan d'actions pour améliorer la qualité de vie des seniors : logement, transport, vie sociale, santé… avec, comme maître-mot, la prévention.

Les initiatives menées depuis 2 ans pour développer les relations intergénérationnelles (ateliers et sorties réunissant des seniors et des enfants des crèches et des écoles) ont été un élément déterminant pour l'obtention du label.

Les actions

Des réunions avec des groupes de discussion (seniors et aidants familiaux) font ressortir les besoins, idées et propositions concrètes. Un plan d'action a été élaboré et mis en place au cours des 3 années suivantes.

A Courbevoie, comme dans beaucoup de villes françaises, les étudiants ont du mal à se loger et les personnes âgées souffrent souvent de solitude.

Partant de ce constat, le Centre Communal d'Action Sociale travaille depuis quelques années avec l'association PariSolidaire afin de proposer une réponse novatrice à ces problèmes de société : les seniors offrent une chambre meublée à un jeune en échange de services ou d'une participation financière.

Une cohabitation qui nécessite notamment discrétion, tolérance et convivialité. Il ne s'agit pas de relations de propriétaire/locataire mais bien plutôt d'hôte à inviter. C'est dans cet état d'esprit que les deux générations pourront passer ensemble une année agréable.


Les CCAS / CIAS


Le 6 janvier 1986, les bureaux d'aide sociale deviennent les centres communaux d'action sociale, l'Etat délègue ainsi une compétence globale dans le vaste champ de l'action sociale et médico-sociale, consécutivement aux lois de décentralisation. Aujourd'hui, ce sont les CCAS qui aident et soutiennent les plus défavorisés. Ils s'imposent comme un outil politique incontournable de l'action sociale locale et sont le moyen privilégié par lequel la solidarité publique, nationale et locale, peut réellement s'exercer.

1/ Organisation du CCAS/CIAS :

Le CCAS est présidé par le maire de la commune. Son conseil d'administration est constitué paritairement d'élus locaux désignés par le conseil municipal et de personnes qualifiées dans le secteur de l'action sociale, nommées par le maire. On compte parmi celles-ci un représentant des associations familiales, un représentant des associations de personnes handicapées, un représentant des associations de retraités et de personnes âgées et un représentant des associations oeuvrant dans le domaine de la lutte contre l'exclusion.



2/ Statuts du CCAS/CIAS :

Le CCAS comme le CIAS est un « établissement public administratif ».

Ce qui implique :

Une personnalité juridique de droit public qui lui permet par exemple d'agir en justice en son nom propre.

– Une existence administrative et financière distincte de la commune.

– Qu'il est géré par un conseil d'administration qui détermine les orientations et les priorités de la politique sociale locale. Le conseil peut déléguer une partie de ses pouvoirs au président et/ou au vice-président.


3/ Ses missions :

Le CCAS anime une action générale de prévention et de développement social dans la commune en liaison avec les institutions publiques et privées.

A ce titre, il développe différentes activités et missions légales ou facultatives, directement orientées vers les populations concernées :

  • lutte contre l'exclusion,
  • organisation des services d'aide à domicile,
  • prévention et animation pour les personnes âgées,
  • gestion d'établissements d'hébergement pour personnes âgées,
  • soutien au logement et à l'hébergement,
  • petite enfance, enfance/jeunesse,
  • soutien aux personnes en situation de handicap.
  • gestion des équipements et services : établissements et services pour personnes âgées, centres sociaux, crèches, haltes-garderie, centres aérés, etc.
  • il apporte son soutien technique et financier à des actions sociales d'intérêt communal gérées par le secteur privé,
  • il participe à l'instruction des demandes d'aide sociale légale (aide médicale, RSA, aide aux personnes âgées…) et les transmet aux autorités décisionnelles compétentes telles que le conseil général, la préfecture ou les organismes de sécurité sociale,
  • il intervient dans l'aide sociale facultative qui constitue souvent l'essentiel de la politique sociale de la commune
  • il peut être aussi délégataire de compétences sociales globales sur le territoire communal par convention avec le conseil général.

Les CCAS sont les principaux gestionnaires de logements-foyers pour personnes âgées : la proportion de logements-foyers gérés par les CCAS/CIAS adhérents à l'UNCCAS représente 57 % des logements-foyers publics et 40 % du total existant tous modes de gestion confondus (public, privé non lucratif, privé lucratif) ;

4 communes sur 10 confient toute leur politique sociale au CCAS.


4/ Le CIAS :

Le Centre Intercommunal d'Action Sociale permet, pour les communes qui le souhaitent, de se regrouper et de créer un établissement public intercommunal dédié à des actions sociales concertées.

Le CIAS constitue une opportunité pour les petites communes sans CCAS, de développer ou d'améliorer leur politique d'action sociale.




Les CLIC


Les Centres Locaux d'Information et de Coordination (CLIC) sont comme leur nom l'indique, des lieux d'accueil local, qui fournissent des informations, des conseils et qui peuvent piloter ces réponses aux personnes âgées ou à leurs familles.


1 / Le CLIC c'est :

  • Un guichet d'accueil, d'information et de coordination
  • Une structure de proximité pour les retraités, les personnes âgées et leur entourage mais aussi pour les professionnels de la gérontologie et du maintien à domicile
  • Un centre d'Information listant ainsi l'ensemble des prestataires disponibles sur un territoire donné,
  • Un lieu d'écoute et d'échange avec des professionnels du secteur social.
  • Une antenne axée sur l'aide à la décision pour une situation plus ou moins complexe d'un sénior et ce en vue d'améliorer son quotidien.

Il existe en France de nombreuses structures d'aides sociales pour les personnes âgées, ainsi le but de ces antennes est de fédérer et de répondre globalement à une situation donnée sans faire intervenir moult prestataires.

Les familles ou les personnes âgées, disposent d'un interlocuteur unique pour toutes leurs démarches.

Démarche d'aide, de constitution de dossier, de réponse à une situation donnée, de travaux d'aménagement voire d'orientation en établissement.

Les CLIC constituent le relais local des politiques publiques départemental en faveur des séniors en perte d'autonomie.

2/ Les missions des CLIC :

Ses missions sont déclinées en fonction du niveau de label :

Niveau 1 : Informer, orienter, faciliter les démarches, fédérer les acteurs locaux.

Niveau 2 : Evaluer les besoins, élaborer un plan d'accompagnement, ou un plan d'intervention.

Niveau 3 : Assurer le suivi du plan d'aide, en lien avec les intervenants extérieurs, coordonner.

Au niveau 1 : le CLIC doit disposer d'un local de permanence et d'un standard téléphonique. Il doit gérer une base de données et proposer des actions de formation et/ou d'information. Enfin, il doit proposer à la fois une information sur les aides et prestations disponibles ainsi que, chaque fois que possible, les dossiers de demande nécessaires à leur obtention.

Au niveau 2 : en plus des missions du niveau 1, le CLIC du niveau 2 organise les missions d'évaluation des besoins et d'élaboration d'un plan d'accompagnement, voire d'intervention.

Au niveau 3 : le CLIC niveau 3 met en oeuvre des plans d'aide et leur suivi. Il assiste les personnes âgées et leur famille à constituer le dossier de prise en charge. Il peut organiser l'intervention des prestataires d'aide à domicile, d'accueil de jour, des livraisons de repas, des aides diverses ainsi que tout ce qui touchera aux travaux d'aménagement du domicile, etc.


3/ Le personnel du CLIC :

Dans chaque CLIC, une personne chargée de votre accueil sera présente.

Un responsable coordonnateur, sera chargé d'organiser et de valider l'action des différents prestataires médicaux sociaux dans la requête que vous lui aurez soumise.

Enfin, il y a des professionnels du monde médico-social.


4/ les opérateurs des CLIC :

Il s'agit généralement d'une mairie, d'une association voire d'un hôpital, mais aussi de n'importe quelle autre collectivité territoriale…

Le label par niveau (1, 2, 3) est attribué par un comité composé du préfet, du président du Conseil Général, d'un représentant de la caisse maladie et des responsables des Centre Communal d'Action Sociale des grandes villes.

La convention signée, déterminera des objectifs en termes qualité et quantité.

En France, plus de 50% des CLIC sont gérés par une association, environ 25% par une commune ou un CCAS, 10% par un établissement hospitalier, le reste par le Conseil Général.


5/ Comment trouver le CLIC le plus proche de votre domicile :

Vous trouvez sur internet à la page ci-dessous l'ensemble des informations voulues :

http://clic-info.personnes-agees.gouv.fr/clic/repclic/construireRechercher.do


Les Hôpitaux



En partenariat avec les hôpitaux, nos antennes vont être capables de réagir rapidement et efficacement à toutes les demandes des familles ou des assistantes sociales.

Si vous ou l'un de vos proches est hospitalisé, n'hésitez pas rapidement à prendre contact avec nous.

Ne pas être dans l'urgence, se poser et réfléchir à la meilleure orientation possible, c'est la solution la plus simple pour réussir cette probable nouvelle vie.

Les assistantes sociales ont nos coordonnées, elles auront la possibilité de vous les transmettre.

Quelle que soit votre demande, PARTENAIRE SENIORS, vous aidera à définir un nouveau projet de vie.

Entre notre assistante sociale, notre psychologue, notre médecin gériatre et toute notre équipe paramédicale, nous vous trouverons la meilleure solution d'hébergement si le retour à domicile n'est plus envisageable.

Le retour à domicile, doit être analysé sous couvert d'objectivité et de réalité physique.

Revenir à la maison est certes synonyme d'univers connu pour la personne, mais sa sécurité, son degré de dépendance, et tout le coté présence familiale doit être simplement évoqué et sans équivoque, donné lieu à un diagnostic environnemental.

Entrer en maison de retraite, médicalisée ou non, c'est en tout cas l'assurance d'une prise en charge réelle et efficace de la dépendance, d'un environnement sécuritaire effectif, d'animations si l'envie s'en fait sentir….

PARTENAIRE SENIORS, votre atout objectif !